dans ,

Deux ancolies se balançaient…

Deux ancolies se balançaient sur la colline.

Et l’ancolie disait à sa sœur l’ancolie :

Je tremble devant toi et demeure confuse.

Et l’autre répondait : si dans la roche qu’use

l’eau, goutte à goutte, si je me mire, je vois

que je tremble, et je suis confuse comme toi.
Le vent de plus en plus les berçait toutes deux,

les emplissait d’amour et mêlait leurs cœurs bleus.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
1 Avis
Inline Feedbacks
View all comments
Timmy
Membre

Il y a quelque chose de géant chez Francis Jammes, c’est une très grande sensibilité et elle a affinité avec amour. D’aucuns voient en lui un poète “au ras des pâquerettes” pour reprendre leur expression si dévalorisante. Mais ce n’est pas grave, la beauté tient justement a cette hauteur et elle parle doucement aux âmes les plus éveillées comme le souligne Zarathoustra.