Tu viendras…

Tu viendras lorsque les bruyères au soleil

près des routes qui se fendent ont des abeilles.
Tu viendras en riant avec ta bouche rouge

comme les fleurs des grenadiers et des farouches.
Tu lui diras que tu l’aimes depuis longtemps,

mais en lui refusant ton baiser en riant.
Mais lorsque tu voudras le lui donner, alors

tremblante et suante, tu verras qu’il est mort.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Sieste

Distance