Puisse advenir que ma fiere Maistresse

Puisse advenir que ma fiere Maistresse
Voyant le lict de mon sombre repos,
En souspirant me tienne ce propos,
La larme à l’oeil et le sein en tristesse :

Ô sainct dépost, enfant de ma rudesse,
Qui tien mon coeur enlacé dans tes os,
Reçoi benin ces pleurs et ces sanglots,
Et les regrets que je respans sans cesse :

Tu gis icy pour m’aimer ardemment,
Et j’y mourrai pour finir mon tourment :
Mais toi, bon Dieu, accompli mon envie :

Que noz esprits soient unis à tousjour,
Et que noz corps soient joincts en un sejour :
Face la mort ce que n’a faict la vie.

Poésies

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

GIPHY App Key not set. Please check settings

Les tombeaux

Un mort m’attend a la maison