Le Mauvais Larron

Celui des trois qui a le moins de chance…

Excusez-moi. je m’y connais si peu.

El puis son cas, – excusez-moi,

Messieurs,

En général est passe sous silence.
Ce garçon-là, je crois qu’il a souffert

Autant qu’un autre.

Et même, plus j’y pense.

Et plus je trouve, excusez si j’offense…

Endurer ça pour aller en enfer !
Enfin, languir avec ces quatre clous

Aux pieds, aux mains des heures et des heures…

Crever méchant, soit.

Vous seriez bon, vous.

Avec ces trous et ce sang qui vous pleure ?
C’est entendu, c’est un dur, un pervers.

Jusqu’à la mort dans son mal il se vautre…

C’est fort quand même : aller seul en enfer

Si près d’un dieu qui sauve tous les autres.
Son camarade avec deux trois prières

Va droit au ciel et lui, sur son poteau

S’enrage seul et se tord les boyaux

Et souffre tout pour aller en enfer.
Son camarade avec le chœur des anges

Va jubiler toute l’éternité

Et c’est sur lui tout seul que

Dieu se venge

De ces maux qu’il a lui-même inventés.
Excusez-moi si je n’y comprends rien.

Oui. je saisis l*énormc différence.

Mais en tout cas. ce garçon-là. c’est bien

Celui des trois qui a le moins de chance.

Norge

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments