Prophétie

Un jour la
Terre ne sera
Qu’un aveugle espace qui tourne
Confondant la nuit et le jour.
Sous le ciel immense des
Andes
Elle n’aura plus de montagnes,
Même pas un petit ravin.

De toutes les maisons du monde
Ne durera plus qu’un balcon
Et de l’humaine mappemonde
Une tristesse sans plafond
De feu l’Océan
Atlantique
Un petit goût salé dans l’air,
Un poisson volant et magique
Qui ne saura rien de la mer.

D’un coupé de mil-neuf-cent-cinq (Les quatre roues et nul chemin!)
Trois jeunes filles de l’époque

Restées à l’état de vapeur
Regarderont par la portière
Pensant que
Paris n’est pas loin
Et ne sentiront que l’odeur
Du ciel qui vous prend à la gorge.

A la place de la forêt

Un chant d’oiseau s’élèvera

Que nul ne pourra situer,

Ni préférer, ni même entendre,

Sauf
Dieu qui, lui, l’écoutera

Disant : «
C’est un chardonneret ».

Voter pour ce poème!

Laisser un commentaire

Tristesse…

Mon Aile