Rondeau

Le rondeau est un poème à forme fixe ancien comportant trois strophes isométriques construites sur deux rimes, avec des répétitions obligées et se fermant sur lui-même ce qui est à l’origine de son nom. Lié à l’origine à la chanson et à la musique, le rondeau est léger et souvent badin. C’est une forme souple et virtuose qui utilise surtout l’octosyllabe et parfois le décasyllabe en tercet, quatrain ou quintil, et qui présente diverses dispositions aux dénominations pas toujours éclairantes. Apparu au xiiie siècle et modifié aux xve et xvie siècles, il est rejeté par la Pléiade et ne perdure guère au-delà du xviie siècle.

On trouve d’abord le rondeau originel dit « rondel simple » qui apparaît au xiiie siècle et est utilisé par Adam de la Halle (1240-1287) et Guillaume de Machaut (1300-1377) (ex. Dame, mon cuer en vous remaint) : composé de 7 ou 8 vers avec refrains, il est appelé « triolet» depuis la fin du xvie siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rime

Rythme