Rythme

Les origines romaine de la notion de rythme se confondent avec celles de la poésie : la métrique gréco-latine inclut en effet une théorie du rythme extrêmement élaborée. Toutes les métriques (quantitatives, syllabiques, accentuelles) sont susceptibles d’induire des rythmes. De manière générale, le rythme poétique (ou métrique) est associé au schéma métrique abstrait d’un vers (modèle) et non à l’énoncé linguistique qui le constitue. Il est donc, conceptuellement, distinct de ce qu’on pourrait appeler le rythme prosaïque de l’énoncé (ou rythme prosodique).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rondeau

Scander