La vie intérieure

Aux deux extrémités du jour, lorsque la nuit
Étend ou retire ses voiles,
Quand le rayon douteux qui revient ou s’enfuit
Laisse au ciel briller les étoiles,
Alors, comme dans l’ombre un vaillant ouvrier
S’assied, au labeur faisant trêve,
Entre l’heure d’agir et l’heure d’oublier,
La Terre se recueille et rêve. —
Aux bornes du sommeil, quand enfin l’homme éteint
Sa lampe ou déjà la rallume,
Dans notre esprit alors notre avenir se peint,
Et notre passé se résume ;
Revoyant ses désirs, ses peines ou ses torts,
L’âme regrette, espère ou pleure ;
Et, sur soi repliée et comptant ses trésors,
Vit de sa vie intérieure.

Voter pour ce poème!

Henri-Frédéric Amiel Apprenti Poète

Par Henri-Frédéric Amiel

Henri-Frédéric Amiel est un écrivain et philosophe suisse, auteur d'un journal intime exceptionnel tant par son volume que par la valeur et l'universalité de son message.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez un peu de votre âme dans nos vers. Votre commentaire compte.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

La rêverie

Pour la même inconstante