Sa flame est morte et la mienne a pris vie…

Sa flame est morte et la mienne a pris vie,
Ainsi qu’on voit l’arbrisseau renaissant
Au pied du tronc qui s’en va périssant
Sous le ridé de l’escorce pourrie :

Il est au Ciel hors le danger d’envie,
Et je suis cy, après vous languissant,
Craignant tousjours l’envieux pâlissant,
Et le venin d’une langue ennemie.

Et d’autant plus il surpasse mon heur,
Que par sur tous est grande ma douleur,
Et mes désirs chassant si belle proye :

Mais si voulez seréner vos beaux yeux,
Vous pouvez bien me rendre autant heureux
Sans que je sois envieux de sa joye.

Recueil :

Voter pour ce poème!

Le poème est une fenêtre ouverte sur l'âme. Laissez votre lumière briller en laissant un commentaire

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments