La neige encore

La lucarne s’ouvre sur le gris des cours
Et l’on voit floconner la neige très blanche
Entre le gilet noir et le gilet rouge
Hier mis à sécher dans le clair du printemps
Mais à leur poche le garçon la fille
Ont oublié chacun la première jonquille
Apparue la veille dans le fond nu des bois
Maintenant l’oiseau crie sur l’or des temps qui fane
Et la neige qui tombe élève la lucarne
Lentement vers le ciel comme une étoile en moi.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments