Diurne

Est-ce que tu dors ?
Est-ce que tu t’éveilleras un jour?
Ni veille ni rêve : cela est.
Des enfants jouent
Un éclat sur une vitre

Un ronflement d’avion

Le sol résonne

Je marche à grands pas
Fraîcheur sur les yeux
Je tiens

J’éprouve

Je sais à qui parler
I out répond
Foisonnement. (Oublie!

N’oublie pas!

Oublie!

N’oublie pas!)
Un coup de frein
Un nuage passe
et tout change de couleur.
Surprise sans fin
Horizons qui n’en finissent pas de se déplier
II y a toujours quelque chose plus loin.
Ce qui murmure hors de moi en moi-même
est comparable au fleuve
qui traverse tout sans se mélanger à rien
Ma vie, je t’ai cherchée toute ma vie tu as pris les plus beaux visages mais je n’entends que la voix.

Au bord de quelle nuit te trouverai-je

Jean Tardieu

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments