Tous les rires d’enfant

Vos visages sont doux, car douce est votre voix.

ANDRÉ CHENIER
Tous les rires d’enfant ont les mêmes dents blanches ;

Comme les rossignols dans les plus hautes branches,

Les moineaux dans les trous du mur,

Au rebord des longs toits comme les hirondelles,

Leur céleste gaîté s’envole à tire-d’ailes

Avec un son serein et pur.
Nul n’est favorisé dans l’immense partage :

Richesse et pauvreté n’y font pas davantage ;

Le rire, ce grand niveleur,

Sur tous les fronts répand la joie égalitaire.

Et c’est comme un écho qui fait vibrer la terre,

Et viendrait d’un monde meilleur.

Innocence, clarté ! leur âme est une aurore

Que la vie en passant n’a pas troublée encore

Dans son épanouissement ;

Et, doux chanteurs des nids plus étroits ou plus frêles,

Les plus humbles, avec leurs petites voix grêles,

Ont le plus frais gazouillement.
Ainsi plus tard, aux jours que l’épreuve dévore,

On trouve des vieillards dont la lèvre incolore

Recèle un sourire ingénu.

Leurs tranquilles regards sont remplis de lumière :

On dirait un reflet de leur aube première,

Un rayon d’avril revenu !
On sent en leur parole une indulgence exquise,

Et la suavité de la paix reconquise

Ennoblit leur sainte candeur.

Enfant pur, aïeul blanc, devant eux on s’incline ;

Qui les voit, fleur naïve ou tremblante ruine,

Révère la même splendeur.
Car la vieillesse touche au ciel comme l’enfance :

L’une y retourne et l’autre en vient. La morne offense

Des ans et du malheur s’enfuit.
Le coucher du soleil à son lever ressemble,

Et, diamants tous deux, souvent roulent ensemble

Les pleurs de l’aube et de la nuit.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments