Du Roy Henry au commencement de son regne

J’estois assis au meilleu des neuf seurs,
Libre et distraict des pensees mortelles,
Si commencea à chanter l’une d’elles,
Chant qui m’emplit d’infinies doulceurs :

Assemblez vous (dict elle) ô proffesseurs
Des bonnes ars et des sciences belles,
Pour consacrer louenges eternelles
Au plus grand Roy des Rois voz deffenseurs.

Dictes comment sa puissance estandue,
Si longuement des peuples attendue,
Faict d’or le siecle et les hommes contens,

Et comme il rend heureuse la memoire
Du bon François, adjoustant à sa gloire
Ce que l’autumne adjouste au beau printemps.

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Mellin De Saint-Gelais

Poemes Mellin De Saint-Gelais - Découvrez les œuvres poétiques de Mellin De Saint-Gelais

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Votre commentaire est une étoile dans notre ciel poétique. Brillez avec le vôtre.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Elle va à la pension…

évidence