Solitaire et pensif, dans un bois écarté

Solitaire et pensif, dans un bois écarté,
Bien loin du populaire et de la tourbe épaisse,
Je veux bâtir un temple à ma fière déesse,
Pour apprendre mes voeux à sa divinité.

Là, de jour et de nuit, par moi sera chanté
Le pouvoir de ses yeux, sa gloire et sa hautesse,
Et, dévot, son beau nom j’invoquerai sans cesse,
Quand je serai pressé de quelque adversité.

Mon oeil sera la lampe, ardant continuelle
Devant l’image saint d’une dame si belle,
Mon corps sera l’autel, et mes soupirs les voeux.

Par mille et mille vers je chanterai l’office,
Puis, épanchant mes pleurs, et coupant mes cheveux
J’y ferai tous les jours de mon coeur sacrifice.

Les amours de Diane

Voter pour ce poème!

Philippe Desportes Apprenti Poète

Par Philippe Desportes

Philippe Desportes, né à Chartres en 1546 et mort à l'abbaye Notre-Dame de Bonport le 5 octobre 1606, est un poète baroque français. Surnommé le « Tibulle français » pour la douceur et la facilité de ses vers, il fut abbé de Tiron, lecteur de la chambre du Roi et conseiller d'État.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos mots ont le pouvoir de réveiller l'esprit, tel un élixir de Voltaire. Osez commenter.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Toile de fond

Chanson : À Saint-Blaise