Pour boire dessus l’herbe tendre

Pour boire dessus l’herbe tendre
Je veux sous un laurier m’étendre,
Et veux qu’Amour, d’un petit brin
Ou de lin ou de chènevière
Trousse au flanc sa robe légère,
Et, mi-nue, me verse du vin.

L’incertaine vie de l’homme
De jour en jour se roule comme
Aux rives se roulent les flots :
Puis après notre heure dernière
Rien de nous ne reste en la bière
Qu’une vieille carcasse d’os.

Je ne veux, selon la coutume,
Que d’encens ma tombe on parfume,
Ni qu’on y verse des odeurs ;
Mais tandis que je suis en vie,
J’ai de me parfumer envie,
Et de me couronner de fleurs,

De moi-même je me veux faire
L’héritier pour me satisfaire ;
Je ne veux vivre pour autrui.
Fol le Pélican qui se blesse
Pour les siens, et fol qui se laisse
Pour les siens travailler d’ennui.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments