Origine

L’homme qui s’exerce à bien prendre son souffle et qui est capable de le suspendre longtemps

Même s’il l’ignore il contemple et médite l’infini concentré de la primordiale Syllabe.

Chaque fois qu’il se tient en face et respire tel un paysan au début du sillon

Il sent sous ses pieds la terre émerger et l’odeur d’humus qui lui monte aux narines.

Rien n’est que la brume à un pas de lui et l’angoisse d’être avant

toute naissance Lui-même il serait dissous dans le Rien n’était son haleine dont il

est certain. Son thorax gonflé est son seul univers dont la pression lui dilate les côtes L’Être en lui avant de sortir de Soi-même y jouit à se rompre de son

propre absolu. Ainsi fait la Syllabe qui non dite à jamais est pourtant itérée d’âge en

âge et sans cesse Simultanément par la Voix sans organe où l’unique origine se succède

en écho.

Il n’y eut jamais d’origine du Souffle seulement l’écho du non-dit absolu Écho de soi-même innombrablement qui forme la voûte d’étoiles join-

tives Dont à chaque fois que tout homme expire l’orbite irradie depuis

son nombril.

Respirer est l’Acte ineffable et simple source inexhaustible du Commencement

Sitôt chassé l’air des poumons d’un homme le monde se vide et retourne au néant

Sitôt que cet homme réinspire le vide l’espace céleste pour l’emplir se distend.

La Syllabe c’est l’Ame dont le creux insondable que cet homme profère

sans l’entendre jamais D’autant plus l’affame et par là le nourrit que de ciel en ciel le

néant s’époumone Car le Souffle Se meurt pour S’accroître sans borne devenant son abime

à Soi-même inoui Où fondues l’une en l’autre la Syllabe l’Ame se consument s’éteignent

dans leur double infini Où après toute fin avant toute origine le Soi de Soi-même Se délivre

et S’oublie.

Voter pour ce poème!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Naissance de la mort

La Neige.