Carrefour

S’arrêter devant le soleil
Après la chute ou le réveil

Quitter la cuirasse du temps

Se reposer sur un nuage blanc

Et boire au cristal transparent

De l’air
De la lumière

Un rayon sur le bord du verre

Ma main déçue n’attrape rien

Enfin tout seul j’aurai vécu

Jusqu’au dernier matin
Sans qu’un mot m’indiquât quel fut le bon chemin

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments