ennemi inconnu

l’Ennemi,

 

la vie s’empresse de nous apprendre :

« on ne choisit que ses amis »

à la rigueur et à tout prendre,

on ne recherche que son profit…

 

on peut confondre à s’y méprendre

l’âge, la fatigue et le dépit

on essaie bien de se reprendre

mais par ailleurs on les subit !

 

pourtant il suffirait d’entendre

« tu sais un jour tout se finit »

mais jamais on ne veut s’attendre

qu’on nous rejette dans le mépris !

 

et dans ses nuits à pierre fendre

en grelottant dedans son lit

on voit, tous nos rêves se pendre

aux cordes raides de l’insomnie…

 

reste personne en qui dépendre,

plus un chagrin pour un chéri,

et l’on regarde les gens s’éprendre

mais nous restons dans l’agonie !

 

Il est bien tard pour se reprendre

et bien trop tôt au paradis

car le malheur aime à s’épandre

dans tous les lieux de la survie !

 

et au matin pour nous détendre

nous réveillons la douce envie

de pardonner et de comprendre

tous les humains et l’ennemi…

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments