Le Lion

Suy un lyon qui ne mord point,

Sinon quand l’ennemi me poingt.

Devise.
Les fleuves au midi roulent de larges flots.

Entre eux le grand lion dort, cachant ses yeux clos

Sous sa rousse crinière éparse. De la plaine

On voit monter au ciel sa chaude et blanche haleine,

Comme un soupir gonflé de haine et de dédain,

Et l’on entend le bruit qu’il fait, lorsque soudain

Il étend sur le sol sa patte monstrueuse.

L’orage gronde sourd dans sa poitrine creuse,

Car son sommeil est plein de rêves — Parlez bas !

O vous, qui le bravez quand il est triste et las,

Et qui l’emmuselez d’une chaîne insolente ;

Sa patience est grande et sa vengeance lente :

Il dort ; mais il pourrait se réveiller enfin.

Voici longtemps qu’il souffre, et ses petits ont faim !
18…

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

L’Âme de la Lyre

Ballade pour trois soeurs qui sont ses amies