Les Éclairs

Sous la vitre
L’abri des gouttes de rosée

Et le long des gouttières

Entre les deux nuages

Le plomb au bout du fil

Tout est plus clair

Et plus léger qu’ailleurs

Car le jour est derrière
Dans le coin

La limite de la clarté entière

Plus loin un peu plus d’ombre

Et des masses qui bougent

Des ronds de faces blêmes

Le rouge de la peur

Les paupières qui tremblent

Ou une autre lueur

Enfin tout l’appareil d’un temps chargé qui tombe

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments