évolution

L’espèce meut ses grands orteils les ancêtres ont donc raison ils font les monts et les merveilles dans leur vieux temps ils font les cons leur vieux temps où déjà bien jeunes ils procréaient à queue-veux-tu les rejetons les épigones les disciples les trous du cul les fils les filles et les mioches la marmaille drette ou bancroche l’averse des avortons la multiplicité des gones la prolixité sans borne des chiards leurs héritiers leurs successards c’était au temps où notre espèce ne se voilait pas encore la face

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments