Sans issue

Les pontons des cathédrales les jubés des paquebots entravaient la marche animale d’un rôdeur qui n’est pas que beau

l’harmonie arithmétique de la ville indépassée noyait le chaos chimérique de ses pensées amenuisées

changeant pour une fois encore la vie toujours si semblable il dévora deux mandragores en buvant de l’eau minérale

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments