L’hymne de la paix

Sous un ciel bleu
J’ai fait un vœu, de paix très harmonieux
J’ai imploré le bon Dieu de l’exaucer pour eux
Ceux-là qui vivent dans l’effroi
Ceux-là qui meurent dans un silence sournois
Ceux-là qui chuchotent par-ci et par-là
Et puis soudainement se taisent à cause de l’effroi…
Le monde quant à lui se fige …
Le rugissement de la bombe
A déchiré le toit de leurs anciens vestiges
J’ai vu défiler des images mais le pire était à venir
À l’intérieur des murs ça devait être surement très dur
Un enfant foudroyé au beau milieu du carnage
Par le sang de ses proches éclaboussé sur son visage
Personne n’osa parler, sommes-nous délaissés
À cette pluie de bombes et à ces cadavres entassés
Dans ces pays lointains on ne cesse de se plaindre
Parce que sur terre on n’arrive plus à s’étreindre
À ces chimériques espoirs on n’arrive plus à croire
Chaque nuit les tombes se transforment en dortoirs
Partout des morts, et sans aucune peine

Sans aucune pitié pour ces âmes qui saignent
Mon cœur est rempli de haine pour ces actes horribles
Pour tous ces crimes commis sur des vies candides
Chez eux il n’y a plus de répit, c’est la peur qui règne
Aucun avenir, toutes les portes se ferment
L’heure est grave, l’arbre est vidé de sa sève
Certains n’ont plus qu’un rêve
Dormir le soir en espérant que le jour se lève
Les voix se lèvent,
Chantent des hymnes et font de la poésie
Moi je défendrais la paix sans aucune hypocrisie
J’implorerai le bon Dieu
Je défendrai toujours cette cause
Les champs de bataille fleuriront un jour de roses

(Visited 6 times, 1 visits today)

Ajoutez votre commentaire