La Griesche D’yver

Contre le tens qu’arbre desfueille.

Qu’il ne remaint en branche fueille
Qui n’aut a terre,
Por povreté qui moi aterre.

Qui de toutes pars me muet guerre
Contre l’yver.
Dont moult me sont changié li ver.

Mon dit commence trop diver
De povre estoire.
Povre sens et povre mémoire

M’a

Diex doné. li rois de gloire,
Et povre rente.
Et froit au cul quant bise vente :

Li vens me vient, li vens m’esvente
Et trop sovent
Plusors foies sent le vent.

Bien le m’ot griesche en covent
Quanques me livre :
Bien me paie, bien me délivre,

Contre le sout me rent la livre
De grant poverte.
Povretez est sor moi reverte :

Toz jors m’en est la porte ouverte,
Toz jors i sui

Rutebeuf

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments