Ariane

Et Dionysos aux cheveux d’or épousa la blonde Ariadnè, fille de Minos, et il l’épousa dans la fleur de la jeunesse, et le Kroniôn la mit à l’abri de la vieillesse et la fit Immortelle.
Hesiode, Théogonie. Trad. Leconte de Lisle.
Dans Naxos, où les fleurs ouvrent leurs grands calices

Et que la douce mer baise avec des sanglots,

Dans l’île fortunée, enchantement des flots,

Le divin Iacchos apporte ses délices.
Entouré des lions, des panthères, des lices,

Le Dieu songe, les yeux voilés et demi-clos ;

Les Thyades au loin charment les verts îlots

Et de ses raisins noirs ornent leurs cheveux lisses.
Assise sur un tigre amené d’Orient,

Ariane triomphe, indolente, et riant

Aux lieux même où pleura son amour méprisée.
Elle va, nue et folle et les cheveux épars,

Et, songeant comme en rêve à son vainqueur Thésée,

Admire la douceur des fauves léopards.

Voter pour ce poème!

Théodore de Banville Apprenti Poète

Par Théodore de Banville

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du bonheur ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poèmes sont des échappatoires vers d'autres mondes. Ouvrez une porte, comme le faisait Saint-Exupéry, et entrez.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le chat est auprès du feu…

Mon cadavre est doux comme un gant…