Exeat

Le vieil Hiver aux pieds lourds

Est bien loin, s’il court toujours

En portant sa chaufferette.

Allez-vous-en, Turlurette.
Sans peur de son rire amer,

Il fait bon près de la mer

Fumer une cigarette.

Allez-vous-en, Turlurette.
Vous entendrez, ingénus

Les petits Désirs tout nus

Baiser votre collerette.

Allez-vous-en, Turlurette.
Puis vous irez sous le flot,

Qui chante avec un sanglot,

Mais qui sait conter fleurette.

Allez-vous-en, Turlurette.
Car le grand infini bleu

Embrase du même feu

La reine et la bergerette.

Allez-vous-en, Turlurette.
Oui, peut-être, on le pressent,

Une écume, vous pressant,

Vous parlera d’amourette.

Allez-vous-en, Turlurette.
Mais, pareille aux floraisons,

Vous conterez vos raisons

A cette vague indiscrète.

Allez-vous-en, Turlurette.
23 juin 1888.

Voter pour ce poème!

Théodore de Banville Apprenti Poète

Par Théodore de Banville

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du bonheur ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez-vous emporter par le flux de la créativité. Écrivez, commentez, partagez.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Tantost la crampe aus piés, tantost la goute aus mains

Océan