Le Feu

J’ai fait allumer un grand Feu,

Tout est clos, fenêtre et volets.

Je veux lire; viens, Rabelais;

Ce temps-ci m’intéresse peu.
La flamme de rose et de bleu

Teint ma chambre, comme un palais;

J’ai fait allumer un grand Feu,

Tout est clos, fenêtre et volets.
Foin des gens qui parlent hébreu,

Foin des songeurs tristes et laids!

O géant qui les immolais,

Causons, parle-moi, demi-dieu.

J’ai fait allumer un grand Feu.

Voter pour ce poème!

Théodore de Banville Apprenti Poète

Par Théodore de Banville

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du bonheur ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Votre plume est l'épée de l'émotion. Partagez vos coups de génie avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

C’est fait de mes Destins…

Rencontres