Le Vin

Dans la pourpre de ce vieux Vin

Une étincelle d’or éclate;

Un rayon de flamme écarlate

Brûle en son flot sombre et divin.
Comme dans l’oeil d’un vieux Sylvain

Qu’une Nymphe caresse et flatte,

Dans la pourpre de ce vieux Vin

Une étincelle d’or éclate.
Il ne coulera pas en vain!

A le voir mon coeur se dilate.

Il n’est pas de ceux qu’on frelate

Et je lirai comme un devin

Dans la pourpre de ce vieux Vin.

Voter pour ce poème!

Théodore de Banville Apprenti Poète

Par Théodore de Banville

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du bonheur ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Partagez vos rêves et vos vers comme Rimbaud, et transformez notre forum en une éternelle saison des poètes.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Relève

Couchée