Chant de la Variéte Visible

Je chante l’Ungrund primordial et omniprésent.
Je tiens dans mes mains de prodigieuses étoiles vertes;
J’ai cueilli toutes les fleurs grises de la mer;
Je suis né de l’amour anonyme de la

Sagesse;
J’apporte le sourire le plus naïf de la vie,
Une volupté toute neuve au monde,
Et les roses incomparables de la mort.
Je suis un passant comme les autres;
Je suis le mendiant qui remercie ;
J’ai rejeté loin de moi tout ce qui est objet de connaissance ;
Je suis pareil aux animaux les moins organises;
Je suis agi par la

Divine

Variété visible.
ASPIRATIONS
Là-bas, mes ouvriers sont dans le guano jusqu’au cou, les
sales !

A me gagner cet argent

Rutilant, que je dépense moi, avec des mains propres.
Bon

Dieu, quels dégoûtants!

Fi donc!
Ah! m’en aller dans une tartane à voile d’or
Vers des pays infiniment aristocratiques!

Danser sur des ventres d’aimées couvertes de bijoux;
Valser dans des îles de soie sur un lac parfumé;

Avoir plus de désirs encor que je n’en ai!

Langueur et malaise de n’avoir rien à faire,

Est-ce vous que j’aime, ou le désir d’être occupé?

Répondez, répondes à ce cœur angoissé,

Y a-t-il un moyen d’être encor plus heureux?
Le

Caire, hiver 1901.

Valery Larbaud

Voter pour ce poème!

Valery Larbaud Apprenti Poète

Par Valery Larbaud

Valery Larbaud est un écrivain français, poète, romancier, essayiste et traducteur, né le 29 août 1881 à Vichy, ville où il est mort le 2 février 1957. Il a écrit également sous les pseudonymes : A.-O. Barnabooth, L. Hagiosy, X. M. Tourmier de Zamble.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Votre plume est l'épée de l'émotion. Partagez vos coups de génie avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Barre D’azur

Tristan et Son Vieux