To Dream Perhaps

Nons mourrons, et c’est tristement inévitable.

Pensez-y, pensez-y en faisant votre ouvrage;
Vous pouvez bien être énervé, les jours d’orage ;
Dieu vous distribuera sa paix, en somme très utilisable.
Vous aurez un sépulcre quelconque sur une colline;
Vous vous effacerez peu à peu, tout en rêvant;

Avec d’énormes roses rouges dans les cheveux
Vous serez pareil à

Orphée ou à

Proserpine.

A moi aussi,

Terre, sois légère et bonne :
J’aurai bien alors assez de mes désirs et de mes soucis

De toi, regret de mon soleil, et puis de loi,
Tristesse qui nous suit partout, notre

Antigone.

Valery Larbaud

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments