à gérard manley hopkins

Console, ô
Mort, mon cœur sans ombre et seul, soleil profond, frappant d’aplomb la chair.
Ah ! la chère

Ombre morte, victime enfin de cette faim, ce fol ennui qui tue la
Nuit et tourne et luit et roule là !
Le gouffre et la roue rayonnante, le sang silencieux qui s’ouvre, et,
Ciel ! j’entends le sourd écho des coups qui sapent l’âme…

Oh tremble, tremble corps creusé par le sang et qui ruses, sentant sans cesse t’ébranler le bélier…
Ce bruit lourd par l’oubli engourdi, mais qui reprend, prolonge la peur, devient panique et dur, atteint l’azur, faisant crouler le jour dans le sang, et le sang

dans l’absence…
Et les tours, les tombes et les temples tombes es monts rasés, le monde las, contemple o
Mort ! la cendre d’or de l’étendue, l’encens

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments