La chose amère

L’horreur dont ne peut se défendre
Un cœur fier, n’est pas de souffrir,
Ni de lutter, ni de mourir,
Ni d’aimer sans se faire entendre ;
On s’ennoblit par ces douleurs ;
Mais devant soi-même descendre
Peut à l’homme arracher des pleurs.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments