Chanson

En vain l’Amour, disait Iris,
Croit soumettre mon cœur surpris ;
A ses traits il échappe.
Je ris de ce méchant marmot,
Et je le crois encore plus sot
Que tous ceux qu’il attrape.

Je revis Iris l’autre jour.
« Sans doute, lui dis-je, à l’Amour
Toujours ton cœur échappe. »
« Ah ! me dit-elle, ce marmot,
J’en conviens, n’est pas aussi sot
Que celle qu’il attrape. »

Profitez de cette leçon :
Aux pièges de ce dieu fripon
Si votre cœur échappe,
N’insultez jamais ce marmot ;
Car il vous rendrait aussi sot
Que tous ceux qu’il attrape.

Des plus beaux projets il se rit :
Aux vains systèmes de l’esprit
Aisément il échappe ;
Et, pour vous punir, ce marmot
Un beau jour vous rend le plus sot
De tous ceux qu’il attrape.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments