Aucune aile ici-bas n’est pour longtemps posée

Aucune aile icibas n’est pour longtemps posée.
Quand elle était petite, elle avait un oiseau ;
Elle le nourrissait de pain et de rosée
Et veillait sur son nid comme sur un berceau.
Un soir il s’échappa. Que de plaintes amères !
Dans mes bras en pleurant je la vis accourir,…
Jeunes filles, laissez, laissez, ô jeunes mères,
Les oiseaux s’envoler et les enfants mourir !

C’est une loi d’en haut qui veut que tout nous quitte ;
Le secret du Seigneur, nous le saurons un jour.
Elle grandit. La vie, hélas ! marche si vite !
Elle eut un doux enfant, un bel ange, un amour.
Une nuit, triste sort des choses éphémères !
Cet enfant s’éteignit, sans pleurer, sans souffrir…
Jeunes filles, laissez, laissez, ô jeunes mères,
Les oiseaux s’envoler et les enfants mourir !

Toute la lyre

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

J’ai dans mon coeur…

Monstres