L’homme mûrit son cœur

L’homme mûrit son cœur. L’arbre mûrit sa sève.
Voici l’heure des fruits, et voici la saison
Où la terre a poussé des germes à foison.
Debout, penseur ! voici l’avenir qui se lève !

Va, guerrier ; ceins tes reins pour vaincre, prends ton glaive,
Et frappe le passé fier de son vieux blason.
Va toujours et, faisant reculer l’horizon,
Marque des pas profonds sur la route sans trêve.

Va dans l’obscurité des cieux sombres encore,
Guidé par la raison certain comme l’or,
Tout droit, sans regarder ce qui reste en arrière,

Blessé du jour qui naît au fond du ciel brumeux,
L’homme des anciens temps te guette, venimeux :
Il faut lui faire peur avec de la lumière.

Voter pour ce poème!

Albert Mérat Apprenti Poète

Par Albert Mérat

Albert Mérat, né le 23 mars 1840 à Troyes et mort le 16 janvier 1909 en son domicile dans le 14 arrondissement de Paris, est un poète français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une boussole dans notre univers poétique. Orientez-nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Flat nox

Le riche