L’oiseau miraculeux de l’heureuse Arabie

L’oiseau miraculeux de l’heureuse Arabie
Qui vit sans parangon sous le manteau des cieux,
Quand il a sillonné le grand fleuve oublieux,
Il respire en son corps une seconde vie.

Sur le front d’un rocher d’un bois d’Éthiopie,
Il desseigne son nid, puis élevant ses yeux
Vers la pente du ciel, le soleil radieux
S’élance en un moment sur sa plume envieillie.

Moi Phénix des amants, je me niche à dessein,
Et construis mon bûcher sur les monts de ton sein
Du bois de mon amour, des fidèles l’élite,

Puis battant ardemment l’aide de mon désir,
Ton bel oeil, mon soleil, à qui j’ose m’offrir,
Me tue incontinent, et puis me ressuscite.

Recueil :

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Joachim Bernier De La Brousse

Joachim Bernier de La Brousse, né à Nouaillé vers 1580 et mort en 1623, est un poète baroque français. Avocat selon les uns, banquier selon d’autres à Poitiers, Bernier fut élevé par son oncle Deplanches, prieur et sous-chantre de Sainte-Radegonde, qui, lui aussi, était poète.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est une aventure. Embarquez avec nous en laissant votre trace.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Aliments

Garanties