Je voudrais bien sous la voûte infernale

Je voudrais bien sous la voûte infernale

Être un Ixie en tes bras étendu,

Presser ton corps heureusement rendu

En cet état que mon coeur se l’étale.

S’il m’advenait, nulle peine fatale

Ne m’aigrirait ce bien trop attendu,

Je semblerais un Adonis pendu

Au col mignon de la Reine d’Idale.

Quel heur plus grand désirer pourraiton

Que de toucher ta gorge et ton téton ?

Baiser ta bouche et ses perles insignes

Me pourrait rendre un demidieu parfait,

Mais passer outre et t’avoir à souhait,

Je serais tel qu’un Mars entre les signes.

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Joachim Bernier De La Brousse

Joachim Bernier de La Brousse, né à Nouaillé vers 1580 et mort en 1623, est un poète baroque français. Avocat selon les uns, banquier selon d’autres à Poitiers, Bernier fut élevé par son oncle Deplanches, prieur et sous-chantre de Sainte-Radegonde, qui, lui aussi, était poète.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez la muse vous guider, comme elle l'a fait pour Lamartine. Commentez et émerveillez-nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Je suis déjà dans la marche des morts

Ville creusée au burin des larmes