En lui envoyant mon portrait

Sur mes traits, je le sais, à peine si les grâces
Vont laisser en fuyant quelques légères traces,
Que l’art le plus savant aurait peine à chercher ;
Et pour en offrir une image,
Le temps, que sans effroi je regarde marcher,
M’avertit de me dépêcher.
Mais que m’importe ici sa fuite et son outrage ?
L’aimable sentiment qui vous offre ce gage
De ce triste vieillard ne connaît point les coups.
Par lui son doux lien devient encore plus doux,
Et l’amitié toujours s’applaudit de son âge.

Voter pour ce poème!

Victoire Babois Apprenti Poète

Par Victoire Babois

Marguerite Victoire Babois, née le 6 octobre 1760 à Versailles et décédée le 18 mars 1839 à Paris, est une femme de lettres française, auteure d'élégies et autres poésies qui ont placé son nom au premier rang des poètes élégiaques français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est le miroir de l'âme. Reflétez la vôtre dans nos commentaires, à la manière de Baudelaire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Emma

Épitaphe d’une vieille femme