Emma

Emma d’un clair ruisseau regardait l’onde pure,
Et n’y voyait pas ses attraits ;
Près d’elle il murmurait sous un ombrage frais,
Sans qu’elle entendît son murmure.
Une douce pâleur à ses touchants appas
Semblait donner de nouveaux charmes :
Immobile et pensive, Emma ne pleurait pas,
Elle laissait tomber ses larmes.
Mais un soupir enfin vient soulager son cœur.
« Oh ! non, dit-elle avec douleur,
Non, non, Silvain n’est plus le même.
En vain il me vante sa foi ;
En vain, s’il revient près de moi,
Touché de ma tristesse, il dit encore qu’il m’aime
Il le dit, et des pleurs reviennent m’oppresser !
Ah ! Dans ses yeux j’ai trop su lire :
Il y pense pour me le dire ;
II le disait sans y penser. »

Voter pour ce poème!

Victoire Babois Apprenti Poète

Par Victoire Babois

Marguerite Victoire Babois, née le 6 octobre 1760 à Versailles et décédée le 18 mars 1839 à Paris, est une femme de lettres française, auteure d'élégies et autres poésies qui ont placé son nom au premier rang des poètes élégiaques français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est un feu qui brûle dans l'âme. Venez partager votre flamme, à la manière de Paul Éluard.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

D’où vient ce tourment plein de charmes

En lui envoyant mon portrait