Épitaphe d’une vieille femme

Quatre lustres et trois printemps
Ont rempli ma triste carrière.
J’ai vu mourir ma tendre mère ;
J’ai vu mourir mes deux enfants ;
Hélas ! J’ai vécu bien longtemps.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments