espérance et espoir

Espérance,

 

Quelques rides du passé aggrave la figure,
le seuil de la souffrance est pour chacun le seul
à laisser de son âme la porte ou les fissures
filtrer cette lumière, très pure, à ceux qui veulent,

voir au plus loin que soi l’intense démesure
savoir en quel espace se dispose le linceul,
est-ce la pierre froide l’unique sépulture
pesant sur la mémoire des plus lointains aïeuls ?

L’espoir est au vivant une lente torture
mais quand la mort emporte, finalement dans sa gueule
l’espérance maintient quelque chose de très sûr :
… sur les tombes survivent, le lys et le glaïeul…

peut-être nos ancêtres en buvant du tilleul
espéraient en dormant ne pas voir la stature
comme aux terres fauchées, ils voyaient les éteules, *
les esprits des défunts, mystérieuse nature… 

 

 

* les éteules sont les restes de chaumes plantés en terre après le fauchage.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments