le courage d’être soi

le courage, 

 

On rend souvent hommage

aux guerriers du passé, aux victimes solitaires,

en vertu du courage

qu’ils ont manifesté, qu’elles ont fini par taire… 

 

Si souvent isolés

plus aucun témoignage, plus aucune mémoire

ne gardent désolés,

aux hommes les blessures, aux femmes la robe noire… 

 

Il est un lieu pourtant,

où trois années durant, où toujours est présente,

la bête du Gévaudan,

en images revient, en silence nous hante…

 

« Tenir ! et coûte que coûte,

pour rester allons-y ! pour partir restons là ! »

dans un champ, sur la route,

elle était de partout, venait de l’au-delà ?

 

Ainsi le veut l’histoire,

quelques bêtes furent tuées et le loup accusé,

mais il est bien trop tard,

pour la vie de payer, l’humain de s’abuser…

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments