LA FLÛTE DES ORIGINES OU LA DANSE TACITURNE

par Abdelmajid Benjelloun

 

Cette image chère aux souris : il s’agit au moyen de l’amour de

Dieu de remonter le ciel parallèlement à la descente du Coran.

 

Écoutez cette belle phrase d’un mystique : le croyant doit être une preuve de Dieu.

 

La poésie, c’est aussi le langage précis de l’égarement.

 

Lorsque j’écoute la musique qui me fascine, je secoue la tête comme si je racontais toutes les peines de ma vie à mes anges.

 

La fleur rauque de l’amour.

 

Toutes les amours sont en danger de vérité.

 

La femme précipitamment belle.

 

Ce qui arrive à cette femme, c’est tout simplement une aggravation du sourire.

 

Il faut de temps en temps ordonner à sa liberté la dérive, pour une question d’hygiène religieuse.

 

Si vous voulez savoir comment les

Arabes aiment, eh bien regardez-les écouter

Oum

Koultoum.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

A son ami lion

N’est-ce pas, mon amour, que la nuit est bien lente