Fantômes

clameurs clameurs

moi qui n’eus jamais de gorge qu’à midi je caressai sa tête de chat demi-sauvage voluptueusement

de gros bourgs vinrent paître dans les hauts fonds herbus puis tendirent à l’excès des moustiques leur mufle vers la noire eau bien empuantie des mangles

clameurs clameurs

hétéroclite d’odeurs obséquieuses de la beauté

bleue des soleils à la source l’envergure du roulis au

détour de l’échouage au défaut du mirage blesse

peu un matin chimère sommaire des cités interdites

Voter pour ce poème!

Aimé Césaire Apprenti Poète

Par Aimé Césaire

Aimé Césaire, né le 26 juin 1913 à Basse-Pointe et mort le 17 avril 2008 à Fort-de-France, est un écrivain et homme politique français, à la fois poète, dramaturge, essayiste, et biographe.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez la muse vous guider, comme elle l'a fait pour Lamartine. Commentez et émerveillez-nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

La nuit d’automne

Si contre Amour je n’ay autre deffence