Fantômes

clameurs clameurs

moi qui n’eus jamais de gorge qu’à midi je caressai sa tête de chat demi-sauvage voluptueusement

de gros bourgs vinrent paître dans les hauts fonds herbus puis tendirent à l’excès des moustiques leur mufle vers la noire eau bien empuantie des mangles

clameurs clameurs

hétéroclite d’odeurs obséquieuses de la beauté

bleue des soleils à la source l’envergure du roulis au

détour de l’échouage au défaut du mirage blesse

peu un matin chimère sommaire des cités interdites

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments