Lynch

Poings carnassiers teintés du ciel brisé

torche parmi les fûts héréditaires

œil sans rives sans mémoire

dieu et que n’importunent vos fumées bleues

par la mort et la fête

avec aux naseaux des fleurs inespérées

avec sur le dos le jeune vol de courlis des oiseaux de la

phosphorescence

et un perfide chant vivant

dans les ruines indestructibles de son silence

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments