dans , , , ,

La gazelle prophétique

Soulevé par un
Atlas à qui il serait — plus qu’un fardeau —

un boomerang
Mon monde


Cheval irréductible à sa propre sauvagerie qu’Attila eût

fait brûler sur un bûcher de selles —
Déferle sur le monde résigné comme la malle sur la rive de l’île du marronne

Ambassadeur de mon double dans la capitale de l’antisolipsisme

— la
Modernité —

Je désire que jamais mes cendres ne se reposent de la déception du plus grand choc que j’ai pu éprouver dans ma vie

Et me jette — à l’instant — dans cette résolution agonistique :

Rivaliser de puissance avec l’invivable

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments