Les bras

Ô la plus douce et la meilleure des caresses !
Autour du cou deux bras enlacés simplement.
Premier mot du désir, premier rêve d’amant,
Et premier abandon de toutes les maîtresses !

Puis vaincus et jetés parmi le flot des tresses
Comme le fer tenace arraché de l’aimant ;
A l’ombre des rideaux le long apaisement
Des suprêmes langueurs et des molles paresses.

Et quand, l’âme et les sens rassasiés, l’esprit
Clairvoyant vous regarde, il voit et vous décrit
Relevés et pareils aux anses d’une amphore ;

Du poignet nu sans vain bracelet de métal,
Et du coude où le blanc a des rougeurs d’aurore,
A l’épaule au parfum plus doux que le santal.

Voter pour ce poème!

Albert Mérat Apprenti Poète

Par Albert Mérat

Albert Mérat, né le 23 mars 1840 à Troyes et mort le 16 janvier 1909 en son domicile dans le 14 arrondissement de Paris, est un poète français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est le miroir de l'âme. Reflétez la vôtre dans nos commentaires, à la manière de Baudelaire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

La nuque

L’oreille