Son rêve fastueux …

Son rêve fastueux, seul, lui donnait des fêtes ;
Il avait son orgueil intime pour ami.
Grave, pour dérider un peu son front blêmi,
Il regardait ses fleurs et caressait ses bêtes.

Soumis à ses grands yeux étranges de prophète,
De beaux désirs pareils à des tigres parmi
Les jungles de ses sens s’étiraient à demi.
Il vivait seul avec son âme pour conquête.

Dans le palais silencieux qu’était son coeur,
Des femmes, que gardait secrètes son humeur,
Languissaient, comme des sultanes, près des urnes…

Lui, pâle, par les soirs délirants de jasmins
S’agenouillait, des larmes chaudes sur les mains ;
Et parfois, soeur aimante, aux terrasses nocturnes

La mort venait baiser ses lèvres taciturnes.

Le chariot d’or

0

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Lorsque je serai mort…

Travail bienheureux