dans , , , , ,

Cités

Cités

debout sur la mappemonde
Bribes dans l’espace
Colosses en nos regards

Capitales

défaites et renaissantes

Métropoles

vivaces et mutilées

J’écoute vos battements à la frange des astres

J’entends vos rumeurs dans la boucle des saisons

II

Cités

Aux fontaines qui s’épanchent

Aux chantiers qui s’érigent

Aux fenêtres qui accolent
Le dehors au dedans

Cités

Aux foules qui se resserrent
Aux foules qui se dissipent
Aux foules qui se relient

Je dérobe et m’attache à la brèche d’un sourire à l’échange d’une parole à l’étang d’un seul regard

III

Je vous salue
Villes sans herbage
Boulevards sans plaines
Avenues sans vergers

Je salue

L’aube qui grimpe à vos murs

L’ombre qui les obscurcit

Le troupeau des pavés
L’oraison des poussières
Les lanières de l’asphalte
L’arcade parmi les pierres

L’impasse qui se refuse
Le jardin qui convie

IV

D’autres fois

Cités

Je dénonce tes gangrènes

Tes labyrinthes fétides

Tes craquements d’épouvante

Tes ruelles de sang

D’autres fois

Je maudis

Tes cloisons sans lucarne

Tes gouffres sans passerelle

Tes arbres sans poumon

Ta misère avide
L’horizon aboli

V

En ce jour

Je célèbre

La giclée des images

L’océan des visages

Les routes qui lèvent l’ancre

Les trottoirs amarrés

En ce jour

Je rends grâce

A nos lieux de passage

Au béton qui nous toise

A l’oiseau saisonnier

A tout ce métal frotté d’air

A toute cette pierre percée de vitres

A ce brin d’herbe qui s’obstine

A cette demeure plombée d’âge

A cette bâtisse retissée

A l’îlot des trois platanes

Au fleuve du long récit

Aux statues sans trépas

Et aux passants qui passent

Je salue nos
Cites ces tréteaux de l’histoire
Leurs tréfonds de siècles plantés dans l’avenir

Les parades du printemps sur les maisons en ruine
Sur la page des murailles les salves d’un jeune été

VII

Tandis que nous allons en marche inexorable
Tandis que nous allons vers l’immobilité

Je salue nos
Cités qui s’enlisent et s’innovent

Leur carrure

Leurs balafres

Leurs fièvres

Leur durée

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments