Le feu du dedans

(Parenté de l’Homme et de la
Terre)

Interroge
Pénètre la
Terre

Écorce
Glacis sur l’écran nocturne
Magma percé d’ondes
Battements
Fureur
Métal

Corps en travail
Veines à nu

Interroge
Traduis

Traduis en langage intime

Traduis à mots ouverts

Ce fond des fonds qui sécrète la pierre d’angle

Ce noyau où persiste la cible
Ce grain sans résidu

Interroge
Relie

L’Homme à ses montagnes

fleurs géantes aux troncs solaires s’étreignant dans la fournaise abrupte

L’Homme à ses continents radeaux doublés d’espace greffés sur la simple racine

L’Homme aux hommes

annexés tant qu’ils sont à la mort

Interroge la
Terre
Interroge-toi

Les sursauts de la braise

Le mouvement qui nous attelle aux flammes à l’onde à nulle part

à partout

Interroge l’Image écho intarissable

L’incision des sols
Les cadences qui mobilisent
Le souffle qui surprend distance ou bouscule le jour

Ce souffle à gorge d’oiseau

à ventre de lumière

qui transperce nos écrans

Interromps
Fais silence
Apaise en toi ce toi

Avec ses dehors

ses allées ses venues

Tissant

on ne sait quel sommeil

Égarant

en reflets en replis

en façades

Ton chiffre

Traduis

Pénètre toujours
Gagne le centre

Affronte ces cratères ces crevasses

ces morsures de la lave

Sonde traverse

ces violences démantelées

Vis l’éclat

qui consume qui renaît

Vis ce qui a nom de feu de sables et d’étincelle qui a nom d’insomnie d’absence et d’avenirs

Écoute

En deçà des mots en chaîne

des paroles empaillées

des brindilles de l’heure

du cirque de nos ombres

des larmes bues à pleine bouche

des refuges qui séparent

Écoute la turbulence de l’arbre bâillonné

En chacun
Partout

Reconnais

le grain

la pierre première

le cri de l’être l’inflexible lueur

Et chante!

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments